« Je n’invente rien. Mais j’ai conçu un espace qui s’il n’est pas des plus étonnant me permet d’être au moins plus sincère avec le monde. » James Px.

.

.
Je suis Paris Bruxelles Nice Berlin Afrique Moyen Orient Je suis monde Je suis en vie Je suis ici

15 oct. 2016

Le casse-tête chinois

Premier slogan d'un looser
Terroriste de l'impuissance
Qui cherche le point cardinal
Celui de la confiance
Entre le haut et le bas
En évitant le centre du débat
« Seul
Celui qui méprise les sans-dents
Aura la puissance »

Le casse-tête chinois intervient

On ne devient pas président
Avec le mot prophète
Collé sur le front
Devant Youtube
Ou à la kermesse
D'un village people
On devient président
Grâce à ce qu’on prétend
Alliant rêve et réalité
L’un des deux doit-être plus fort

Le looser cherche encore
Encadré par deux Mentos chocolat
Un mentor acidulé

Et suit un deuxième slogan
Celui d'un faux-cul
Du torchon et du papier toilette
Qui cherche les caries sans les éradiquer
Entre le palais de l'Élysée
Et la cour des miracles
« Seul
Celui qui soigne les sans-dents
Aura la connaissance »

Le casse-tête chinois recommence

On ne devient pas président
Avec le mot promo Voltaire
Inscrit sur le front
En tête de gondole
Ou face à la fontaine des quatre sans cul
On devient président
Grâce à ce qu’on vaut réellement
Alliant fermeté et liberté
L’un des deux doit-être plus fort

Le faux-cul cherche encore
Encadré par deux pies voleuses
Une femme soumise

Et je finis par mon propre slogan
Moi piètre poète
Qui pouvais-je bien être
Sans oublier l'autre
Sentez-vous mon âme cavaleuse
« Seul
Celui qui greffe son cœur à l'autre
Aimera sa mort »

Le casse-tête chinois m'interpelle

On ne devient pas poète
Avec le mot Tartuffe
Inscrit sur le front
Devant le jugement dernier
Ou devant un sans papier
On devient poète 
Grâce à ce qu’on ressent
Alliant victoire et défaite
Divisées à part égale

Le poète cherche encore
Encadré par deux oreilles loufoques
Une satire équivoque

*

« Juste retour, Monsieur, des choses d’ici-bas ;
Vous ne vouliez point croire, et l’on ne vous croit pas. »






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire