« Je n’invente rien. Mais j’ai conçu un espace qui s’il n’est pas des plus étonnant me permet d’être au moins plus sincère avec le monde. » James Px.

.

.
Je suis Paris Bruxelles Nice Berlin Afrique Moyen Orient Je suis monde Je suis en vie Je suis ici

13 mars 2014

Petit guide pour poètes novices

Pour réussir sa carrière
 Sans casser de sucre sur Pierre Paul ou Jacques
Rien de mieux qu'un bon réseau
Quatre-vingt pourcents des commentaires
Sont pourvus par relations
C'est ce que je constate sur tout le territoire web poétique
Et peu importe le niveau
D'un poste d'assistante en prose
Pour maître Corbeau sur son arbre de Judée
À un de commercial en langues mortes
Pour les « afinados pro natal » de la langue de bœuf
Ou de directeur général en vers classiques
Pour les oligarques du vers solitaire

Sachez que le meilleur cristal est fabriqué en bohème
Quant à la poésie la lune y réfléchit

Je note des évolutions parmi les dernières tendances
La multiplication des réseaux de femmes
De « Business Angels »
Et autres volatiles de la jambe folle
Comme le syndicat des trous de serrures
Pour le reste je trouve de tout comme chez Castorama
De la franc-cochonnerie aux clubs épicuriens
En passant par les cercles de réflexions les plus secrets
Comme chez Boris cache-cache
Et du « Sésame, ouvre-toi ! » d’Ali dans le Baba
Vous allez me dire mais où veut il nous amenés
Je vous rassure je ne fais de pub pour blablacar
Et vous le serez
Quand je dirais « Sésame, referme-toi ! »

Et patiente le monde appartient désormais
À celui qui sait attendre
Pour vous aider à ne plus pleurer sur votre sort
Ou pour conforter votre pouvoir
Je vais vous filer quelques mètres de rhubarbe

Et pourquoi et quand intégrer un réseau
C'est l'outil indispensable pour construire
Ou parfaire votre réussite poétique
Que vous soyez jeune diplômé en lettres anonymes
Ou président du printemps des poètes disparus
En revanche il vaut mieux faire sa demande d'inscription
Quand on est jeune diplômé de préférence
Et vierge de tous soupçons
Ou très vieux les orteils au bord du précipice
Ou quand on est en poste éjectable avant le chômage
Et non pas quand on traverse une période d’ovulation non féconde
Même si les poules en Belgique ont des dents

Comment choisir son réseau ou clan
Selon les heures d'ouvertures du guichet
Vous allez me dire que l’on ne choisit pas son clan
Comme on ne choisit pas sa famille
Il faut bien entendu avoir des affinités avec le sujet du clan
Ensuite il est opportun d'appartenir à différents clubs
De boxe ou de streptease selon le sexe de votre kangourou
Si vous avez fait une école buissonnière
Intégrer le clan des anciens mythomanes
En grand nombre sur le réseau
Un lié à l'art de vivre quand on est seul devant l’écran
La plus grande majorité l’a emporté
Dieu repose en paix et les cloches sonnent
Et un plus axé sur la réflexion
Ma chandelle est morte je n'ai plus de feu

Il ne faut pas se perdre en s'éparpillant
Dans trop d'activités fantasmagoriques
Mais la bonne proportion est de passer environ
Cinquante pourcents du temps de la semaine
À cultiver son capital mot social et ou confiance
Pour être plus clair
Commentez et votez à tire larigot
Il faut voir également en fonction de son budget sommeil
Les abonnements sont chers mais fiable
Il suffit de voir les heures de connexions
De certains boxeurs ou strepteaseuses
Mais aussi en fonction de ses connaissances
Certains clans étant très privés
Et nécessitant l'appui de parrains pour y entrer
Un droit de cuissage est même demandé pour le clan DSK
En revanche beaucoup sont très accessibles
Et ont des antennes partout
Sous terre sur la lune au Quebec

Quelle attitude adopter quand on intègre un clan
Écouter sans parler au départ les oiseaux aux plumes soyeuses
Pour bien comprendre le fonctionnement du clan ses habitudes etcetera
Prenez vos marques et laissez-vous du temps pour cela
Il ne faut pas être trop enthousiaste dans un premier temps
En envoyant des dizaines de poste ou de MP
Ou en relancer de façon incessante
Car les malentendants et les handicapés de longue date
S’offusquent à chaque poussée d’adrénaline
On les comprend ils n’arrivent plus à suivre
Alors ils bloquent la jeunesse

Il y existe des règles de bonne conduite
(Rire les nuages arrivent)
Clairement annoncées ou officieuses à respecter
(Rire la pluie tombent)
Pour autant il est essentiel d'être actif
Dans la vie du clan et de participer aux ateliers
Un clan est l'intersection entre sa vie et sa vie
Ou sa vie de chien et sa vie de vieux
Ou sa vie rose et sa vie noire
L'idée n'est pas de s'y faire des amis
(même si ça peut être le cas avec le temps)
Ou de venir dénicher à tout prix une opportunité de mariage
(Rire il neige)
Et d'être extrêmement intéressé
Et focalisé sur ces flots cons
Mais de créer des contacts
Avec des personnes qu'on n'aurait pas forcément rencontrées ailleurs
Et également d'apprendre des choses
(Rire le soleil revient)

« Sésame, referme-toi ! »
Et je vous dis joyeux printemps
Bien que parler pour ne rien dire
Écrire pour ne pas être lu
Vaut mieux se taire et ne rien écrire

19 commentaires:

  1. et les imbéciles comme moi se font avoir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'imbécile heureux est-ce un leurre ou pas...
      Un imbécile c’est celui qui manque de force physique ou intellectuelle, c’est donc un faible par le corps ou l’esprit. Mot d’articulation : bonheur. Le sujet présuppose qu’il y a des imbéciles identifiables et que l’imbécillité n’est donc pas relative comme le bonheur d’ailleurs...
      Bon ça commence fort, on suit.
      On peut penser qu’il en existe, parce qu’ils sont préserver des souffrances de la conscience (de notre finitude, de notre responsabilité en tant qu’être libre et pensant) et de l’usage de la raison qui est source d’insatisfaction : on n’en sait jamais assez, on doute et on est tiraillé entre les injonctions de la raison et nos désirs.

      On continue, ça sent bon la pistache ! Vous savez cette glace à la couleur plus verte que verte bref revenons à nos imbéciles heureux et malheureux...
      Hors les imbéciles sont des individus et en tant que tels, ils ont sans doute leur frustration, sauf que si leur jugement est limité, ils ne peuvent comprendre les raisons de cela. Ils souffrent d’un mal qu’ils peuvent s’expliquer ni corriger.

      Si la connaissance est d’abord douloureuse, elle est instructive :
      Se connaître peut être un moyen de comprendre pourquoi on n’est pas satisfait... Désir mimétique, confusion sur ce qui nous manque vraiment, désir de substitution qu’on découvre en sondant son inconscient chez Freud, être duel à la fois être de raison et être de désir.

      Se connaître peut être le moyen de parvenir à davantage de satisfaction :
      Spinoza et la connaissance de notre nature pour savoir vers quoi on doit orienter « cet effort » qu’est le désir , ne pas confondre nos désirs avec ceux des autres.

      Se connaître peut être le moyen d’accorder ses désirs avec ses possibilités en se rendant compte que tout ne dépend pas de nous, que certains désirs sont hors de notre portée et que s’obstiner à vouloir les réaliser, c’est se condamner à souffrir.

      Se connaître, c’est être davantage maître de soi, de ses représentations et par là ne pas être soumis à des peurs ou des angoisses infondées qui troublent notre âme.
      Comme le montre l’Histoire du bon bramin de Voltaire, même si on peut reconnaître que le savant n’est pas plus heureux que la vieille bigote ignorante de tout qui ne s’interroge sur rien, selon Voltaire, il semble difficile voire impossible d’ « accepter le marché de devenir imbécile pour devenir content » même si « c’est être très insensé » que « de préférer la raison à la félicité »

      Ah ! Nous y voilà et ha ça ira ça ira...
      Le bienheureux ou celui qui cherche le bonheur n’est pas pour autant pas un imbécile :
      On se contente d’une illusion de bonheur ou d’un bonheur superficiel à la manière d’un imbécile

      Être heureux c’est en quelque sorte se contenter de ce qui est, ne plus se poser de question ; cela est la définition de la sagesse mais c’est aussi celle de l’imbécillité. Le béat a un visage proche de l’imbécile.

      la vraie intelligence est peut-être de renoncer au bonheur pour d’autres buts plus adaptés à notre nature : on peut vouloir autre chose que d’être heureux , soit parce qu’être heureux ferait finalement notre malheur ( Rousseau, « le gros plein d’être » de Sartre), soit parce que le bonheur n’étant qu’un idéal de l’imagination, il est vain et déraisonnable de viser un inaccessible, il vaut mieux lui préférer le plaisir ou la joie, c’est ce que propose Spinoza avec son éthique de la joie et à ce moment là l’intelligence joue un rôle essentielle pour accéder à cette satisfaction : compréhension de la nécessité, de notre nature et orientation du désir vers des objets dignes de ce désir, utiles.

      Point final !

      Supprimer
    2. FLORABATEAUMOTSmars 13, 2014

      Merci pour cet écrit de haute voltige mentale, James Px
      Je révise mes classiques, GPS essentiel pour ne pas me perdre dans ce monde aux milles sentiers venus d'ici et d'ailleurs.
      Une écrit bien ficelé, un peu d'ordre dans notre manière d'apprivoiser nos pensées.
      De nouvelles notes pour jouer la musique de notre bonheur en musicien averti.

      Amitiés
      Flora...

      Supprimer
  2. perlenoiremars 13, 2014

    Vive le printemps des poètes! On forme une équipe ?

    RépondreSupprimer
  3. EmelleJiemars 13, 2014

    Joyeux printemps
    Merci James

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écrire de la poésie c'est comme regarder couler l’eau d’une rivière, on a l'impression que c'est toujours la même... Et pourtant ce n'est pas la même, elle change selon la lumière, le temps, les saisons, notre attention... Elle naît du ventre coule dans le creux d’une faille et finit sa vie dans l’océan avec ses sœurs… Pour repartir dans l’éther, renaître ailleurs.

      Supprimer
  4. Il ne faut pas tout dire...
    La rhubarbe peut être amère ou trop sucré

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement vrai
      que personne commente
      de peur d'être la victime et l'assassin
      le metteur en scène
      le cadreur et le facteur
      Où est l'actrice principale...
      Ohé Poésie !
      Ah la revoilà

      Supprimer
    2. johnkerberemars 18, 2014

      ben non JK n'a pas peur de commenter

      il l'a déjà fait!

      mais qu'on le veuille ou pas obligatoirement on constitue un réseau!

      moi j'aime le partage...mais si les textes sont trop nuls je ne reviens pas quand même!!

      Bon am


      JK

      Supprimer
    3. Et bien plus encore si l'on utilise tous nos sens et ceux interdits

      Supprimer
  5. Balade aux flambeaux dans les rues de Précy sous Thil (21), où je lirai mes poèmes...
    14/03/2014

    RépondreSupprimer
  6. doucevaguemars 13, 2014

    faudra que je relise ton "welcome" aux nouveaux... j

    les histoires de réseau ça me fait penser surtout à ma recherche de boulot et aux contacts persos ou pro que je ne sollicite pas assez...

    Pour ce qui est de jepopo ... bof... c'est un espace/ forum... et malheureux selon moi celui ou celle qui s'y inscrit avec un esprit de clan ou de réseau pour ses écrits...

    le lâcher prise en poésie ...vaut mieux... et si des contacts sympas et sincères se créent au fil du temps... c'est un bonus en partage et contact humain

    tout ça c'est tellement aléatoire...et lié aux attentes de chacun

    A part ça la confiture de Rhubarbe ? ah oui elle fait partie de mon enfance à la campagne

    Acidulée à souhait ;-)

    amitiés

    Christine

    RépondreSupprimer
  7. FLORABATEAUMOTSmars 13, 2014

    Merci pour le partage.
    J'ai pris mon souffle pour ne pas être pris de court.
    GPS pour poète novice. Le guide a le sens de l'orientation.
    Je vais réinitialiser ma boussole.

    Amitiés
    Flora...

    RépondreSupprimer
  8. FLORABATEAUMOTSmars 13, 2014

    La confiture de Rhubarbe, on en trouve sur nos rayons.
    Mais sous Mon tropique du Capricorne on la remplace volontiers par une confiture aux zévis.

    Un peu de poésiculture

    Prunier ou pommier de cythère fruit évis ou zévis
    Pommier de cythère ou Prunier de cythère. Nom scientifique : Spondias dulcis. Famille : Anacardiaceae - Anacardiacées. Le prunier de cythère est un arbre à feuilles caduques composées pennées, il peut atteindre 12 mètres de hauteur environ. Malgré son nom vernaculaire il n'a aucun rapport avec les pruniers et pommiers, il est de la même famille que le manguier.

    Source : http://www.mi-aime-a-ou.com/photos_ile_reunion/disp_img.php?id_img=2882

    Amitiés
    Flora...

    RépondreSupprimer
  9. johnkerberemars 13, 2014

    FAIS GAFFE


    le poete ISON A DIT qu'il allait faire la critique de tes textes...???


    sinon ce texte me semble tout à fait correspondre à la réalité!!


    BFDS


    jk

    RépondreSupprimer
  10. Je comprends mieux...

    RépondreSupprimer
  11. Comme le syndicat des trous de serrures
    Pour le reste je trouve de tout comme chez Castorama
    De la franc-cochonnerie aux clubs épicuriens
    En passant par les cercles de réflexions les plus secrets
    Comme chez Boris cache-cache
    Et du « Sésame, ouvre-toi ! » d’Ali dans le Baba
    Vous allez me dire mais où veut il nous amenés
    Vous le serez quand je dirais « Sésame, referme-toi ! »


    les trous de ferrures
    les épicturiens
    il est fou ce mec

    RépondreSupprimer
  12. Écrire de la poésie c'est comme regarder couler l’eau d’une rivière, on a l'impression que c'est toujours la même... Et pourtant ce n'est pas la même, elle change selon la lumière, le temps, les saisons, notre attention... Elle naît du ventre coule dans le creux d’une faille et finit sa vie dans l’océan avec ses sœurs… Pour repartir dans l’éther, renaître ailleurs.


    UN OUI de contentement
    Merci

    RépondreSupprimer
  13. _INCANTADA_mars 31, 2014

    Les sciences infuses !!

    soit-disant

    Ahhh que c'est bien dit !

    Le mieux ou le pire est se reconnaître ou reconnaître le voisin MDRR

    Je reste clandestine , imparfaite , libre et heureuse
    L'estime de soi (Christophe André ,François Lelord)

    Merci

    Une seule teinte
    Palette sans âme
    Où la passion ne vit
    Une plume d'étain
    En place de grève
    Le bûcher rebelle
    Aux flammes croyantes
    Cendres des parjurés
    Cendres des conjurés
    Étincelles errantes
    Illusions, fantaisies
    Magie de l'irréel
    Des éternels
    Parchemins ancrés
    Sur les ports endormis
    Vagues lamentables
    Meurent sous l'écume
    Des rochers calcaires
    Chiffonnent le papier
    Le papier d'un bout à l'autre
    Feu et eau
    Air , terre! Terre!Terre
    La femme ...

    INCANTADA

    RépondreSupprimer