« Je n’invente rien. Mais j’ai conçu un espace qui s’il n’est pas des plus étonnant me permet d’être au moins plus sincère avec le monde. » James Px.

.

.
Je suis Paris Bruxelles Nice Berlin Afrique Moyen Orient Je suis monde Je suis en vie Je suis ici

6 avr. 2013

Hommage à Monsieur Papillon

Pouvons-nous être une poule qui pond l'œuf ou une autruche qui plante sa tête dans le sable ; certes bêtes à plumes mais fixées au sol comme nous. Pouvons-nous alors nous mettre une plume pour faire l'avion, sans réaction, juste pour être contemplatif, être un vieux coucou à hélices aux pays des merveilles ! Le tout est de choisir le bon endroit pour faire décoller la colonie des poètes en sursis, sans en perdre en chemin, car la route des airs est sablonneuse et aride. 
Et verrais-je un lac ou est-ce un mirage... 
Et c'est le vol au-dessus d'un lac à la rencontre du troisième type...

C’était le jour du départ sous un grand ciel bleu
Un bleu outremer intense couronnant les montagnes brunes vêtues d’une couverture blanche
A l’horizon une ligne épaisse grise et franche
Annoncerait-elle déjà l’arrivée du mauvais temps au profil inquiet de mes yeux
Je les ferme un instant pour oublier et décolle sans en connaître la raison
Libéré de la gravité je gagne l’apesanteur sans contre-épreuve
Mon corps fait corps avec cet esprit invisible en combinaison
Venu d’ailleurs les bras et les jambes écartés comme l’homme de Vitruve
Je flotte comme la plume d’un cygne à l’aplomb du lac d’Annecy
Serais-je en train de danser à mille pieds le ballet de Tchaïkovski
Lecteur rappelle-toi de la visse aérienne de Léonard de Vinci
Serais-je vu de la terre habillé de cette invention d'un blanc immaculé et toujours en vie
Ou suis-je tout simplement un fou du volant en plein ciel nerveux
Un être à la fois pur tendre léger volatile voluptueux et nuageux
Je ne suis pas Alphonse de Lamartine au bord du lac du Bourget mais un ovni
Croisant pavillon sur JePoème pour mon culte éternel à la poésie
Et d'elle de mon manège romantique et virtuose
Qui ne s’achèvera pas ici en plein vol si j’ose
En névrose
Pour proclamer mon amour fidèle à la chose
Je n'ai plus aucun trouble
Même les pieds dans l’eau
Je les garde sur terre avec mon petit oiseau
Sans appréhender le moindre nouveau trouble serais-je devenu son double

Et il y a l’autre qui lui répond en sourdine
Aujourd’hui beau Papillon c’est fini je t'assassine
Place dent d’Oche
Et il y a moi sans solutions miracles dans mes poches
Je ne vends ni des assurances vie
Ni même des encyclopédies
Sur les mœurs des poètes disparus
J'ai beau t'avoir aimé je ne t'ai pas assez lu
Je suis en peine
Et seul sur cette scène
Je t’adresse ami des mots aimants
Au bord de mes songes et du lac Léman
Un baiser tendre à toi beau Papillon
Sur ce chemin de ronde
Au cœur de ton nouveau monde
A bientôt toi beau Papillon aux yeux marrons

A Alain Papillon

☻/
/▌
/ \...

Textes de -Traveller- (Alain Papillon)