« Je n’invente rien. Mais j’ai conçu un espace qui s’il n’est pas des plus étonnant me permet d’être au moins plus sincère avec le monde. » James Px.

.

.
Je suis Paris Bruxelles Nice Berlin Afrique Moyen Orient Je suis monde Je suis en vie Je suis ici

28 janv. 2011

L'avis de Nicolas Gutierrez «Impossible n'est pas Français».

"Je suis chilien, et j'habite en France un pays que j'aime pour sa culture, pour son importance dans le monde qui est tout simplement indéniable, mais aussi pour tout ce que je reçois de ce pays tous les jours; en laissant de coté tout complexe d'infériorité d'ancien pays colonisé il y a 200 ou 500 ans. "Impossible n'est pas français" reflète tout ce que la France a pu faire et que pour d'autres peuples fut impossible. La France est la patrie de Droits de l'homme et le berceau de la démocratie en Europe. Si vous ne croyez pas a ce proverbe lisez sans préjugés l'histoire de France ou bien un peu ses auteurs. C'est marrant de voir de gens pas français, qui parlant français dénient l'importance culturelle de la France, et bien pourquoi parlez vous français alors que vous ne vous identifiez pas du tout avec sa culture? Réponse "impossible n'est pas français", "il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté dans le monde (Charles de Gaule)". pensez à cela et à tout ce que la France vous a donné avant de cracher sur ce pays avec des disqualifications très peu fondées." (24 août 2009)

26 janv. 2011

Etes-vous nostalgique ?

J'ai relevé ces notes sur le sujet.
Alors pourquoi la France aujourd'hui est-elle aussi nostalgique et cette nostalgie est-elle un état d'esprit propre à notre pays ?
"Au fond de lui, chaque Français pense qu'il a une mission à accomplir, héritée du christianisme : être le fer de lance de la vérité. Longtemps la France a incarné cet idéal de beauté et de vérité. Ce n'est plus le cas. Nous avons perdu notre prépotence sur le plan culturel, notre langue décline. Nous nous sentons orphelins d'un âge d'or, en quelque sorte. Notre hantise : nous banaliser."
Peuple cyclothymique, les Français ont toujours oscillé entre désenchantement et illusions. Ne retrouvons pas cette dualité dans leurs lectures du moment :
"Deux des écrivains les plus lus actuellement incarnent les deux facettes de notre personnalité. D'un côté Michel Houellebecq, le naturalisme et le déprimisme réunis; de l'autre, Jean d'Ormesson, l'optimisme et la légèreté."
Entre la pluie et le soleil, la météo nationale demeure encore incertaine.

24 janv. 2011

Peut-on célébrer Céline ?

Peut-on célébrer Céline ? Et peut-on dissocier un homme de son art ?
Je vais dire oui-oui et j'ai suivi cet avis qu'une œuvre qui a depuis longtemps trouvé sa place dans la prestigieuse collection de la Pléiade, applaudie dans les spectacles de Fabrice Luchini. Célébrer Céline, ce n'est pas approuver son antisémitisme ni même fermer les yeux sur l'abjection de certains de ses écrits. Goûter à la langue de Céline ne fait pas de vous un antisémite. Gare à la caricature, à l'amalgame et aux raccourcis moralisateurs.

On ne peut pas plaire à tout le monde...

L’homme ne vit pas seul, mais en société, et cet état l’expose inévitablement à l’opinion des autres. Qu’en dira-t-on ? c’est la question qui se pose lorsque nous avons une décision à prendre ; et comme on sait les réponses ne tardent pas. Faut-il accorder de l’importance à ces avis ?
Peut-être connaissez-vous l’histoire de ce meunier qui allait à la foire en compagnie de son fils pour y vendre un âne. Pour ne pas fatiguer la bête, ils décidèrent de la porter eux-mêmes ; le premier qui les vit se moqua. Le fils monte alors sur l’âne, et des passants blâment ce manque de respect pour son aîné. Le meunier prend sa place, ce qui lui vaut les railleries de jeunes filles, plus favorables à la jeunesse. Enfin, tous à pied, un passant juge ridicule d’user ses souliers en laissant aller le baudet à son aise.
Chacun trouve ainsi à redire, et a ses raisons ; chacun y va de son mot, selon qu’il considère l’âne, ou le meunier, ou son fils. Or, quelque décision que nous prenions, il faut s’attendre à susciter ainsi des avis opposés, et à faire des mécontents.
Comment donc contenter tout le monde, si chacun donne son avis sur tout et choisit de voir les choses sous le jour qu’il préfère ? Quoi que vous fassiez, les gens en parleront, dit La Fontaine, n’en doutez nullement. Commençons donc par nous contenter nous-mêmes.
Article recueilli dans le Monde 2007.

10 janv. 2011

Si vous êtes comme elle !

 
Catherine Sanderson, une secrétaire anglaise vivant à Paris, avait pris l'habitude d'alimenter son blog durant ses heures de travail, commentant indirectement ce qui se passait dans son entreprise. Ses supérieurs n'ont pas apprécié d'être évoqués ainsi sur le net et ont immédiatement renvoyé la jeune femme. Celle-ci a porté plainte pour licenciement abusif et a gagné son procès. Elle est depuis devenue romancière pour les éditions britanniques Penguin.

7 janv. 2011

La poésie n'est pas morte puisqu'elle marche !

Au commencement, la poésie et la musique se confondaient. Aujourd'hui elle est considérée comme inutile alors que la musique est triomphale ! Elle n'a pas la télévision, c'est tout et heureusement. Pourtant chacun de nous garde en mémoire quelque vers de Charles Baudelaire ou de Jacques Prévert, de Jean de la Fontaine et de Paul Verlaine, de Victor Hugo ou d'Arthur Rimbaud, de Charles Péguy ou de Paul Valéry, de Jean Racine ou d'Alphonse de Lamartine, de Louis Aragon ou d'André Breton ...

"Là, tout n'est qu'ordre et beauté, 
Luxe, calme et volupté." 
ou 
Maître Corbeau, sur un arbre perché, 
Tenait en son bec un fromage. 
ou 
Les sanglots longs 
Des violons 
De l'automne 
Blessent mon coeur D'une langueur 
Monotone. 

La poésie c'est autre chose qu'une simple forme littéraire, c'est une traduction ennoblie de nos émotions, de nos rêves, de nos peines et de nos désires. Tout le monde du lyrisme est là, elle nous transcende, nous fait agir, penser et croire. Cependant la poésie est indispensable à la pensée humaine dont elle est l'une des formes d'expression les plus anciennes et spontanées. La passion des poèmes entre autre redonne la place à cet art de la culture humaine dont le rôle qui est celui de la formation de notre sensibilité et de nos goûts.

A travers la poésie tout est possible, l'homme vole, meurt et renait, oublie son quotidien rose ou noir, Elle réinvente le genre humain dans un habit de lumière. Mais comme dans la peinture, on y découvre d'humbles vérités journalières, dieu, l'amour, la mort, la peur, l'horreur, la misère, l'érotisme, la douleur, la tendresse et aussi une fleur, un ballon, un chat, une colline, un arbre, une larme...Tout est matière à poésie. On a trop longtemps oublié ou tout du moins de le croire, que la poésie était loin de nous; Alors qu'elle nous ravive des réminiscences endormies, elle nous embarque sur l'harmonie des rimes et de la raison, des mots et des sensations.

La poésie n'est pas morte puisqu'elle marche !