« Je n’invente rien. Mais j’ai conçu un espace qui s’il n’est pas des plus étonnant me permet d’être au moins plus sincère avec le monde. » James Px.

.

.
Je suis Paris Bruxelles Nice Berlin Afrique Moyen Orient Je suis monde Je suis en vie Je suis ici

Les articles du blog

15 déc. 2011

Le club Khanin Levi-Strauss


501 basket costard
Guépard Cougar
Anthropolgues Ethnologues Carembar
Cherchent (Wanted) beau Nectar
Entre deux poses cigares

Des jeunes filles de lettres
Ou analphabètes
Des petites vedettes
Si possible muettes
Inadmissible toutes suffragettes

Toilettage à huit-clos comme précaution
Direction le chenille en cas de perquisition
Aller retour en cage par avion
Sans avis de réception
Ni pourboire de compensation

Les petites vedettes
Ainsi font font font
Les petites vedettes
Ainsi font font font
Trois p'tits passes et puis s'en vont

Le train arrière bombé
Sautez sautez
Les petites vedettes
Recommencez
Vous aurez des croquettes

La taille courbée
Tournez tournez
Les petites vedettes
Recommencez
Vous aurez des croquettes

La queue allèchée
Sucez sucez
Les petites vedettes
Recommencez
Vous aurez des croquettes

Les petites vedettes
Ainsi font font font
Les petites vedettes
Ainsi font font font
Trois p'tits passes et puis s'en vont

Sympa tes cigares
Oui avec des Cubains Montecristo il n'y a jamais de Lézard

8 déc. 2011

Tout d'Y. (Nouvelle)

C'est l'histoire d'Y ou d'une maladie d'amour dans un quartier chaud qui finit au bled dans un quartier froid ... Bonjour. Je suis une jeune fille d'origine contrôlée Monsieur Guéant ! (Avec un T comme Tintin ou avec un D comme Débile, on s'en fout, la terre sera toujours ronde n’est-ce pas et la femme l'esclave de sa douceur ? ).
J'ai la vingtaine comme seul horizon; je ne suis pas blonde; je suis brune teinte en blonde car j'habite Marseille ! C'est une tendance qui dure, ma grand-mère et ma mère se déguise de la même manière, seule mon arrière-grand-mère garde ses beaux cheveux corbeau et brillants sous son voile ! C'est comme pour les tatouages et les percings que j'ai abondamment semé sur mon corps entre mes arabesques d'henné dessinées par ma tante. C'est chic et ethnique, je partage un sentiment qui représente un clan et dégage une force, c'est important ce mode de transmission des cultures. Et si c'est un signe de reconnaissance pour moi, c'est aussi un signe de détresse intérieure. Je voulais dire, mais il ne faudra pas le répéter, sinon ils vont me casser la gueule : « mes tatouages fantaisistes sont faux, c'est mon frère qui me donne ses transferts malabar... ». Et je tiens à dire aussi, que je ne suis pas une « cagole ! » juste une jeune femme qui survit dans un quartier chaud, où il faut être au diapason sans faire trop salope mais un peu quand même !
Et je voudrais me sortir de cette spirale infernale qu'est la tristesse et le ridicule, de toute cette merde qui n'est pas moi. Car l'habit ne fait pas le moine et le maquillage le clown ! Je ne suis qu'une jeune femme qui joue à la grande sauterelle, à la « râpeuse de strass ! ». Comme j'aimerai trouver l'âme sœur sans ses frères son père et sa mère sur le dos, comme j'aimerai revoir un père au boulot et une mère au fourneau ! Juste quelqu’un de bien pour me sortir de ce ghetto !

Le temps s'écoule... Je mûris sans arbre sur une branche cachée derrière un vieil écran d'ordinateur. Et si ma mère a repris le balai mon père ne fait rien. Il commence sa retraite...

Et j’ai rêvé d’un asile sans psychiatrie, d’un monde parfait où l’on serait libre au milieu de balles de coton et non de plomb, à l'abri, sous les ailes d'un ange; et, comme racontait mon grand père : « Les Anges ont été créés à partir de la lumière, le djinn a été créé à partir d'un feu pur, et Adam a été créé à partir de ce qui vous a été décrit. ». Et pour moi, seul le désir d'aimer me parcourait les sens.

J'ai une maladie, une tristesse qui dure depuis deux ans et qui me chevauchent l’esprit et le cœur ; tenace et qui me ronge peu à peu comme le fibrome et l’utérus de ma sœur... Encore un malheur qui j'ajoute !
Deux ans c'est long. Je sèche comme la chair anorexique de ma copine et grossis comme Bobos le fils du marchant de kebab et de mouches !

Tout démarre d'une histoire d'amour. C'était mon rayon de soleil au milieu de ma misère quotidienne. C'est un garçon merveilleux. De mon âge, ambitieux, intelligent, d'une famille relativement aisée. Je le trouve parfait. Moi, je suis d'un tempérament un peu triste, introverti. Lui n'a pas peur de parler de ses sentiments. Je préfère le faire à l'écrit. Parfois c'est grinçant, car je parle surtout de mes craintes, de mes chagrins. Des blogs dont il a connaissance, et qu'il a du mal à accepter. Pourtant j'écris encore... Nous nous entendons bien, nous nous aimons, ça ne fait aucun doute !

Mon rêve se poursuit dans les méandres de mes nuits… Le temps s'écoule... J'aime sous l'arbre un ange sur une couverture dénudée.

L'ange passe, un choc ! J'apprends que je suis enceinte. Je lui annonce... La réponse est sans appel : « Et tu penses faire quoi ? ». Là c'est la descente aux enfers qui commence... Evidement j'avorte. Hors de question que je le garde... Nous ne travaillons pas, nous habitons chacun chez nos parents qui ne se connaissent pas. Nos familles d’origines ne sont pas compatibles ! Lui, doit terminer des études de haut niveau. Je sens comme une pression de la "belle famille"... Si je ne le fais pas ça sera le drame. Alors je le fais... Et le remord et l'amertume s'emparent de moi. Nous n'avons pas réfléchie une seule fois à une autre solution que l'IVG. Il est clair que personne n'en voulait de ce bébé. Sauf moi ! C’était mon sauveur… Mon ange libérateur !

Le rêve s’achève…

Quelques semaines se sont écoulées. Je ne rêve plus. Rien ne va plus entre nous... Moi je doute de tout. Jusqu'à sa fidélité... Je deviens intrusive et suspicieuse... Lui ne me fait aucun cadeau. Il est rude... Je fuis...
Nous faisons un break. Nous décidons de garder contact et de se rester fidèle. C'est même lui qu'il me l'a demandé...
J'écris toujours. C'est de plus en plus grinçant. Je me complais à faire des pamphlets sur les hommes en général. Lui y vois des attaques personnelles... Ce n'est pas le cas...
Il me quitte au bout de deux mois, me disant qu'il ne m'aime plus. Il m'insulte de tous les noms, me dis que je suis folle, j'ai besoin de me faire soigner ! Il me dit que je peux bien crever, que je suis une bonne à rien, que je rate tout, même mes études... C'est probable, il ne parlait pas de moi à ses amis... Tous des futurs médecins, experts comptables et compagnie...

A travers ses paroles c'est sa mère qui prend le relais . Elle finit de m'achever, pense que j'ai détruit son fils, et me menace de main courante !

Un an environ s'est écoulé depuis. Et je pleure toujours. Je l'aime toujours. Il a été l'amour de ma vie... Je n'ai plus jamais eu de nouvelle... Et j'essaye d'en avoir désespérément.
Je passe des heures parfois sur le net à essayer de retrouver une trace de lui, à essayer de savoir ce qu'il devient. Sans le contacter pour autant. Je sais simplement qu'il s'est réinscrit sur le site de rencontre sur lequel on s'est rencontré... Moi je m'invente une vie depuis sur mes blogs, mon site copain d'avant « En couple, en ménage et heureuse». Dans l'espoir qu'il le voit... Que ça lui fasse du mal. Seulement le temps passe. Et je crois que lui m'a tout bonnement oublié... Depuis un moment déjà...
Tout est devenu difficile. Ma vie, mes études, mon quotidien. Je suis toujours dans ce quartier où le vent souffle toujours sur les mêmes imbéciles et amours.
Je ne pense qu’à lui, je ne rêve que de lui. Je le vois revenir toutes les nuits. C'est un combat de tous les jours. Je n'ai plus envie de rien, ni de manger, ni de m'habiller, mon année scolaire est un fiasco et mon père me frappe mon frère m’interdit de sortir…
Et heureusement qu’ils ne savent pas tout !
Comment me sortir de là. Je prépare mes études à domicile, ce qui me rend encore plus vulnérable. Je ne vois personne. Hormis lui, dans ma tête.
Combien de temps pour guérir d'un chagrin d'amour ? J'espère trouver de l'aide, car je n'en peux plus. Je suis toute jeune, et j'ai l'impression de porter déjà tant de chagrin sur mes petites épaules !
Un jour je reçois une photo. Le flou de cette photo me fait penser à une vieille photo de quelqu'un de connu d'une beauté troublante !
Je parlerai plus du grain de la photo comme celle de sa peau ; et je l'imagine ouatée très beau, onctueuse comme un tapis de neige fraîche aux cristaux tièdes qui fondent sous ma couverture, mais je ne le connais pas. Sans doute à cause de cette noirceur qui a bercé mon cœur depuis tout petite dans ce monde de brut et de cet amour perdu, je suis devenu aussi sèche que son os.
Ah ! Comme j'aimerais bien rentrer dans le cadre, ce qui m’éblouirait mes pensées les plus folles et douces car tu es vraiment beau mon ange !
Je baisse les stores gris de ma chambre, c’est l’heure de partir… Vers cet homme que je ne connais pas !

A tout d'Y.

3 oct. 2011

Où est le bonheur ?

N'ayant pas le temps ou n'ayant pas envie de le prendre, va savoir, mon petit texte ne sera pas d'une grande envolée, juste un simple remerciement à vos futurs messages.
Quoique la vie est pleine de surprise !
Ce qui me sauve, c'est le flegme avec lequel je sais appréhender n'importe quelle situation.
Le rêve comme la connerie fait partie de la vie. Ce qu'il faut, c'est relativiser la connerie et s'immerger dans nos rêves et de tout faire pour en réaliser quelques uns ; Voilà un premier signe d'émancipation et c'est sans doute cela le bonheur simple de tous les jours ; C'est comme traverser une rue sans se faire écraser, faire du saut à l'élastique sans s'écraser et ne pas s'écraser devant celui qui le voudrait bien.
Et puis il y a la mélodie du bonheur :
« Un homme
Né d'une terre glaise baise le sol pétri d'insouciance
Une femme
Tombée d'une falaise baise le ciel béni d'une clairvoyance
Sur les rivages
De nos cœurs en esclavage
Battront-ils encore la chamade
Sous une pluie d'accolades
Ainsi va la vie
Bercée par l'esprit du sans-souci
Ô mystère
De sens interdits
Laisserais-tu faire
Ces réunions jusqu'au paradis
Harmonieux duel
Ephémère tempête
Que le ciel ne nous tombe pas sur la tête
Ô vie cruelle ».

Et je finirai par dire d'un point de vu philosophique, de ne pas trop s'isoler, de ne pas avoir trop de relations, de trouver le juste équilibre et le bonheur vous sourira peu importe votre état !

22 sept. 2011

Le condamné à mort

Sur le front d'un soi-disant pécheur
Une main de fer rédemptrice en sueur
Impose une croix cendrée avec une chaine
Lui rappelant sa triste condition humaine

Et de cette diaphane main en apparence
S'éveillerait-il une divine évidence
Où le feu brûlant le rameau
Evoquerait le feu de l'amour en un mot

Et réduirait en cendre tout ce qui est péché
Serait-ce encore un mirage trouble
Sur laquelle le pécheur se dédouble
Où son esprit son corps s'évaporent enfin libérés

Au fil de son hypothétique voyage de pénitent
Serait-il juste de passage sur cette terre
Serait-il invité à se convertir maintenant
Avant que ses cendres disparaissent avec lui en enfer

Quoiqu'il arrive la sentence est proclamée
Le couloir sombre où suinte un silence mortel
Défile sous ses yeux aveuglément effarés
Et la main de fer se referme absolvant le cérémoniel


« Si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou ».
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sarah LEDUC (texte)
A-t-on plus de chance d’être condamné à mort si l’on est noir et pauvre aux Etats-Unis ? La réponse est évidente pour les partisans de Troy Davis, le prisonnier noir américain condamné à mort pour le meurtre, en 1989, de Mark MacPhain, un officier de police blanc de Savannah, en Géorgie (sud-est). Après avoir passé vingt ans dans les couloirs de la mort, Troy Davis s’est vu refuser la grâce par l’État géorgien. Il doit se faire administrer une injection mortelle à 19h00 (1 h du matin à Paris), ce mercredi, au pénitencier de Jackson, en Géorgie.
Devenu un symbole de la lutte internationale contre la peine de mort, Troy Davis, 42 ans, est afro-américain comme près 42% des condamnés à la peine capitale aux États-Unis, selon les chiffres du Centre d’information sur la Peine de mort, alors les Noirs ne représente que 12% de la population totale. Il est présenté par ses partisans comme le prototype du Noir, pauvre et condamné à tort.
"Le refus du comité des grâces de Georgie de commuer la peine de Troy Davis révèle les vastes injustices systémiques de la justice. (…) La peine de mort aux Etats-Unis est arbitraire, discriminatoire et incroyablement coûteuse ; il faut y mettre fin", a estimé dans un communiqué Denny LeBoeuf, directeur du projet "Peine capitale" mené par l’Union américaine des libertés civiles (ACLU).
Une condamnation sans preuve matérielle
Les associations de défense des droits de l’Homme dénoncent notamment l’indigence du dossier, dont les avocats de Troy Davis n’ont eu de cesse, ces quatre dernières années, de démontrer les failles : "Depuis son inculpation, Troy Davis a reconnu s’être trouvé sur les lieux au moment des faits, mais a nié être l’auteur du crime. Il n’y a aucune preuve matérielle à son encontre", dénonçait Amnesty International France dans un communiqué publié le 8 septembre dernier.
Parmi les points non élucidés : le fait que sept des neuf témoins qui avaient désigné Troy Davis comme l’auteur du coup de feu mortel en 1991 se sont rétractés. En août 2009, ils ont déclaré avoir subi des pressions de la police pour accuser le jeune homme. Par ailleurs, l’arme du crime n’a jamais été retrouvée, et aucune empreinte digitale ou ADN n'a été relevée. Mais aucun de ces arguments n’a su convaincre les juges et le jury.
"Davis est-il le coupable idéal ? Il suffit de regarder son visage ! Les Latinos et les Noirs font encore peur aux Etats-Unis, explique à France 24 Eileen Servidio, juriste et professeur de droit à l’American Graduate School de Paris, tout en soulignant la dimension socio-économique du problème : "Il ne faut pas oublier qu'au sein des classes populaires, les gens n’ont pas les moyens de se payer des bons avocats."
La partialité du jugement a également été pointée du doigt par l’avocat et ancien ministre  Robert Badinter, qui, il y a trente ans exactement, obtenait l’abolition de la peine de mort en France. "Je le dis très fortement : quand on regarde ce dossier, on voit qu’un jeune noir a été condamné en Géorgie, avec une vieille tradition qui remonte au temps de l’esclavage et du racisme, pour le meurtre d’un policier blanc, sans aucune preuve matérielle", a déclaré sur RTL lundi soir le sénateur socialiste.
Des condamnés noirs et des juges blancs
Les statistiques indiquent que la race - de l’accusé comme de la victime - reste un facteur important dans l’application de la peine capitale aux États-Unis. Deux chercheurs américains, David Baldus, professeur de droit, et George Woodworth, statisticien, démontraient il y a dix ans que la probabilité d’être condamné à mort est multipliée par 3,9 si l’accusé est Noir.
Des études plus récentes du Centre d’information sur la peine de mort prouvent par ailleurs que le risque d’être condamné à mort est quatre fois plus élevé lorsque la victime est blanche que lorsqu’elle est noire, et jusqu’à onze fois si l’auteur du crime est un Noir et que sa présumée victime est blanche.
Pourquoi une telle disparité ? Au nombre des explications sociales, culturelles et historiques, il y a celle avancée par le professeur Jeffrey Pokorak, de l’université Saint Mary (Texas), qui a souligné que près de 98% des procureurs de la République sont des Blancs, alors que seulement 1% sont des Noirs.
"Au moins un cinquième des Afro-américains exécutés depuis 1977, et un quart des Noirs mis à mort pour avoir assassiné des Blancs, ont été jugés devant des jurys exclusivement composés de Blancs. Quelle était la probabilité que cela se produise en l’absence de toute discrimination ?", questionnait Amnesty International dans un communiqué datant de 2003.
Depuis les années de l'esclavage, des lynchages et des lois Jim Crow qui distinguaient jusqu’en 1964 les citoyens selon leur appartenance raciale, ces préjugés ont toujours influencé l'application de la peine de mort. Cette période ne semble pas révolue. Et si les Etats-Unis peuvent s’enorgueillir d’avoir élu, en 2008, un président "de couleur", le cas Troy Davis tend à démontrer que leur justice continue d'appliquer une vision en noir et blanc. 

18 sept. 2011

Inspirations et tendances

Part d'inspiration
Cette perle qui semble venir de loin
Qui vient de plus loin que l'esprit
C'est ce qui inspire à son tour
Le lecteur

Part des tendances
Cette multiplication des goûts
Ce dont chacun à besoin
Pour croire qu'il s'est exprimé
Jusqu'au bout de ses pensées
Et qu'il peut mourir
Parce qu'il a dit ce qu'il avait à dire

Mon inspiration m'a surpris dès l'enfance
Alors que les tendances apparaissent avec mes comparaisons
Avec mes influences et contacts
Je suis un grain de poussière parmi les étoiles

L'inspiration serait-ce un frissonnement
Au touche de l'ombre
Une vibration sur le bord de l'abîme
Devant le ciel l'océan la nuit le deuil
Ces tendances naîtraient-elles dans le fourmillement
Historique social et satirique
Légendaire et amoureux
L'inspiration serait-ce une nostalgie paradisiaque
Le souvenir du temps d'or de l'enfance
Et des rares élévations terrestres
L'espérance du ciel
Tout ce qui me parait mille fois plus grave
Qu'un certain bazar érotique
L'inspiration serait-ce court
A la fois dans les poèmes les plus légers
Où profondément légers et mélancolique
Avec des tendances oubliables

Je peux chercher la meilleure part
Celle qui m'a été donnée avec l'âme
Et n'est-ce pas l'essentiel
Vu d'ici d'ailleurs ou du ciel

1 août 2011

Le saut de l'ange


Je me mêle avec vous.
 Vous virevoltez sur l'air, tout passe par le silence de la ouate. 
Je deviens une terre humide et vous, une eau qui étanche ma nuit sous cette lune parfumée. 
Vous êtes la peau sur mon corps nu.
Et je vous baise les lèvres, serait-ce la plus fameuse odeur dans ce bas monde. 
Le silence à nouveau est retombé après une nuit agitée.

  « Luxe, calme et volupté »
Je m'endors.

*

Au petit jour, seul, au coin d'un angle mort, un ange solitaire tente un saut amoureux en direction du vieux cinéma le "Sex Fantasy Island" ...
A califourchon sur le colosse, un organe acidulé en latex rose en forme de crête de dindon, y danse une chauve-souris du Turkménistan en pleine action ! Serait-ce le mélange d'une ablation testiculaire et d'un quadruple axel sur la glace à deux boules du nain de jardin, un proche de Blanche-Neige (l'Eros du film).
Sous l'œil de Moscou, l'ange se serait-il perdu au milieu de patins d'amis ayant une mauvaise haleine !
Et soudain c'est la mise sur orbite.
Un brouillard envahit la salle, des ombres grises humaines sortent de l'écran , s'enchevêtrent sur la scène, se cognent aux murs et disparaissent sous une moquette poisseuse verdâtre avec des bandes oranges.
L'ange serait-il à son tour hors gel dû à l'emprise diabolique d'un coup de cyprine du fantôme d'Amy Winehouse enrichi au LSD et au Jack Daniel's.
Surexcité comme une grenouille de bénitier Belge, au bord du trou, coincé dans un siège rouge guimauve perforé par les mégots du front populaire ; une nouvelle envie subite de faire une lessive de l'églantier du jardin barbu de Ben Laden vieille connaissance de la mère Denis resurgit !
Et c'est la pub Mi cho ko, l'histoire d'un escargot inhibé tout chaud attiré vers un fol dingue crustacé Vietkong.
Une fois qu'Hercule Poirot aura fini de dégorger « le sexe bleu d'un Stroumph pervers »  (le titre du film) ...
Fin.
La salle s'éclaire en basse luminance, une vieille odeur de cul péteux matinal suinte des murs calcinés et tagués de gouttes de Nestlé dessert, des gueules enfarinées, poilues et vérolées se dirigent tout droit vers la sortie où quelques blaireaux les attendent pour prendre la Mauresque de 9 heures au comptoir du bistrot de la Dame !

*

Et sonne le glas de 10 heures. Les pieds hors du lit, frais en éventails.
Et le mystère est dans les vagues, jamais égal à lui-même.
C'est le naufrage d'une âme qui ne cesse de regarder dans les couleurs de la tempête.
Je tourne donc la tête de gauche à droite, les yeux collés à mes pensées nocturnes.
Verrais-je des formes creuses et vallonnées sur lesquelles ma main s'accroche à un morceau de papier.
J'ouvre le store, mes yeux décollent.
L'ange est parti laissant un petit mot sur l'oreiller.

 « Pauvreté, branle-bas et chasteté »
Je rêve.

----------------------------------------------------

Mauresque : (Orgeat+casa version laiteuse pour les bad'eaux)

24 juin 2011

Un suicide collectif pour tuer le temps

J’ai un jeu absolument impitoyable celui de tuer le temps perdu ; je prends mon oreiller qui dort, je le mets sous mon pull sans ovaire et je dis :
« Oh serais-je enceinte ! ».
A ce moment précis le silence résonne et soudain la chambre se plie de rire, car c’est la farce la plus drôle du monde, bien que personne ne soit là.
Ai-je perdu la tête ?
Dans les nuages, dans le cirage peu importe et face au miroir je me dis :
« Est-ce moi ? » et le visage hilare puis stoïque répond :
« Sans doute ».
Je retire mon oreiller en duvet d’oies sauvages anti allergique et surpris il regarde s’envoler les oies autour de lui, et il crie :
« Oh surprise ! C’est l’envol d’un homme en cage ».
Mais rien ne décolle, hormis le papier peint du mur ; je reste seul, le rire jaune et forcé de constater que le bonheur d'un oreiller non partagé n’est pas drôle.
Je me lève, me rase, prends une douche, enfile un pantalon, et pars bosser comme un con.
Arrivé au bureau, avachi sur mon fauteuil en skaï, à la fin d’un commentaire virtuel, je rumine le vague projet d’un suicide collectif géant histoire de tuer le temps et tout ce beau monde que je ne connais pas.
Sept heures, je me réveille avec un mal de crâne terrible et je me rappelle de ce jeu mortel sur lequel  notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres.
Ne serais-je pas encore mort alors que la météo annonçait un temps désastreux ?
Finalement le temps est là pour nous sauver de l'ennui et non l'inverse et si vous croisez des mauvais esprits ne les écoutez pas, et rester encore un peu sur l'oreiller pour rêver à tout ce qui vous reste à accomplir.

15 juin 2011

Quand le berceau de la démocratie s'indigne

Serait-ce là, le début d'une mort chronique annoncée, celle de l'Europe ?
La Grèce est la première à ouvrir le bal et il en suivra d'autre. Mon sentiment de citoyen lambda
me fait dire que l'Euro et l'ouverture de certains pays a été trop rapide ! Et n'a pas été économiquement intelligent ; l'intelligence est diplomatique et politique mais économiquement il me semble que c'était prévisible. Sans être xénophobe mais, les chiffres sont là pour crédibilisé l'article.
Je veux bien soutenir la Grèce, mais chez moi, on ne va pas chercher de l'eau avec une passoire ...
Alors je propose à nos politiques (Surtout les inconnus de Bruxelles je n'ai pas dit les choux de Bruxelles) de travailler au lieu de venir nous faire les beaux et les belles à la télé pour savoir qui va se présenter à la  présidentielle dans 1 an ou si DSK bande toujours en résidence surveiller (Remarquer qu'en Belgique il n'ont pas de gouvernement et le pays fait une croissance de 3%  alors que nous nous arrivons à 2.5% en France et que Dutroux est en tôle et les notre sont dans la nature).
Un petit mot pour les médias, qu'ils fassent de l'information et non pas de l'audimat.

26 mai 2011

Quand la mode harcèle notre champ visuel ...

Ne cherchez plus messieurs ... Les moustaches sont « has been » comme la découverte de ses dessous ! Le romantisme en prend un coup sous nos yeux !  
C'est vrai que cela peut faire rire surprendre sur la forme mais dans le fond qu'est-ce que cela signifie vraiment ? Que veulent dire ceux qui provoquent cette surenchère ? Est-ce de l'inconscience ou de la provocation ? On déballerait tout pour être consommé plus vite ! Je plains l'homme atteint d'une crise érectile lorsqu'il voit ce genre de panoplie. 
Je pense sans être rétrograde ou conservateur, comme pour le voile intégral, qu'il  faudrait stopper les provocations. Entre rien voir et voir presque tout, la femme est devenue malgré certaine bonne conscience un objet, un véhicule d'idéologie ou d'idéal et de marketing pour tout dire, pour tout faire, au nom de Dieu ou au nom de la liberté ou indirectement au nom du fric.
L'image parle et pour moi c'est une forme d'harcèlement. Si se promener à poil dans la rue c'est interdit, que signifie cette mode de voir et surtout de laisser entrevoir la chose ?
Car entre harcèlement sexuelle et harcèlement visuelle (A caractère sexuel comme sur cette photo) , pour certains, il n'y qu'un pas à franchir ! Pourquoi prendre se risque ? Va-t-on vers une morale décousue, une société libertaire ou pouvons-nous intelligemment mettre des barrières pour éviter les débordements de toutes natures.
Dans la philosophie des lumières par exemple, elle pose comme contrainte fondamentale que « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres », ou reformulé positivement, « La liberté des uns commence là où elle confirme celle des autres ».

23 mai 2011

Enfin les femmes se réveillent pour endormir le sexisme !

Ouf ! Je me demandais si elles étaient toutes envoûtées car rien ne bougeait !
Exemple d'une parole misogyne de Monsieur Lang ancien ministre de la culture ! ... Je ne pouvais pas l'encadrer devant ses perversités cachées ... Il dévoile enfin sa vraie nature lorsqu'il dit : « Il n'y a pas eu mort d'homme".
"La présomption d'innocence est inaliénable, mais la présomption de la véracité des propos de la plaignante aussi" qui rappelle la séquence: du déclenchement de l'affaire dimanche dernier jusqu'à mardi, seuls l'accusé et sa famille étaient plaints et personne n'évoquait "l'éventuelle souffrance de la plaignante". Il a fallu la mobilisation des mouvements féministes pour alerter l'opinion ...
"Il y a eu un matraquage sur la thèse de complot" dont serait victime Dominique Strauss-Kahn "mais sur la plaignante, silence radio". C'est dégueulasse !
DSK et compagnie "Quand une femme dit non, c'est non".
Quoiqu'il arrive, c'est le fric qui aura raison sur la forme mais dans le fond espérons que cela évoluera dans le bon sens !
Cependant, je ne crois pas, plus à la justice Française qui tue les affaires trop encombrantes concernant les hommes de pouvoir qu'à celles des USA dominées par l'argent. Celle-ci peut rapporter pour la plaignante plus d'argent que si elle avait travaillé toute une vie ! Donc je reste septique ... Et son avocat va surement trouver un arrangement de cet ordre (il est payé au % des dommages et intérêts j'imagine) . Et DSK sera ainsi libre !

16 mai 2011

DSK, média et harcèlement


Soyons prudent présomption d'innocence ...  (article 35 ter de la loi du 29 juillet 1881)
La seule chose que je trouve anormal dans cette affaire, si en France, on n’a pas le droit de montrer un accusé menotté tant que sa culpabilité n’est pas établie aux USA il s'en foute ! Idem pour les vidéos en live.

Après tout ce que l'on a vu, entendu et pronostiqué ... Je voulais rajouter qu'une nouvelle victime une journaliste écrivaine Française va porter plainte elle a 31 ans (la fille d'Anne Mansour député socialiste et l'accuse également à son tour d'agression. La jeune femme, âgée aujourd'hui de 31 ans, "envisage de déposer plainte". C'est en tout cas ce qu'affirme lundi son avocat Me David Koubbi. )... et n'oublions pas l'affaire de 2008 !!!
Bref Roger Rabbit a lui aussi des couilles jumelles en pointe de mire ... Il s'écrase sur tout ce qui bouge un vrai tireur d'élite un terroriste virtuose de la braguette ... Pour un social démocrate il ratisse fort bien de bas en haut ...

Cependant, l'habit ne fait-il pas le moine ? Car quand on peut se payer une chambre à 2500$ la nuit, je me demande pourquoi PRENDRE CE RISQUE si l'esturgeon le démange tant, pourquoi il ne se paie pas une Cougar (le site fait de la pub sur des sites comme Jepoéme, il devrait faire de la poésie au lieu de faire des conneries) ou choisir une jeunette ! Il devrait demander à l'équipe de France de football un billet modérateur, il pourrait ainsi faire la queue gratis sans prendre de risque et revenir jouer dans la cour au foot avec ses éléphants ...
Je rajouterai aussi que le droit de cuissage existe toujours et cela marche dans les deux sens, car les femmes ne sont pas restées sur la touche ! Cette affaire DSK hormis que c'est un homme de pouvoir connu reste un sujet d'actualité hélas banalisé et je ne parle pas des femmes battues violées ou qui subissent des attouchements sur leurs lieux de travail ... Elles ne disent rien ou on ne les écoute pas car il faut des preuves !
Pour conclure l'affaire DSK sera-t-elle une jurisprudence ou au moins une nouvelle prise de conscience sur ce sujet tabou ...
Le sexe c'est bon si l'idée est partagée par les deux protagonistes (voir plus n'est-ce pas Silvio) !
Quoiqu'il arrive coupable ou pas coupable il y a quand même un mauvais sort qui s'acharne sur notre DSK international...
S'il fait parti du FMI, il n'est surement pas membre de la banque du sperme, les boursicoteurs aurons compris mon appel !
Si je devais donner un conseil à notre brillant économiste : « pas trop d'isolement; pas trop de relation; le juste milieu, voilà la sagesse. Confucius !»

Rappel : les hommes et les femmes politiques sont des humains... Comme tout le monde !
Cependant il y a des règles et puis : « pas vu pas pris » , mais là, pas de bol, il a été pris !

Affaire à suivre.

23 avr. 2011

Comment j'écris aujourd'hui










Comment j'écris aujourd'hui
Face à la feuille blanche je pense
Face à la feuille j'écris
Plus de stylo mais un clavier AZERTY
Plus de papier c'est l'écran qui compense
Comment écrirai-je demain ...


11 avr. 2011

Le char à voile intégral


L'entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral a été marquée lundi par le coup d'éclat de deux femmes en niqab et de sympathisants interpellés devant Notre-Dame pour y avoir manifesté sans autorisation ... (Info MSN AFP, Mise a jour : 11 avril 2011)

Article comprenant certains passages délicats mais c'est mon point de vue !
De tout ça , je m'en fous !

Mais .... Là-bas sur les plages de sable fin dans le Nord de la France libre laïque fraternelle,
nos chars à voile sont égaux en droit face aux vents aux Hommes, peu importe la direction, la force qu'ils rencontrent, ils s'envolent ensemble et se regardent, se parlent, se serrent la main, s'embrassent pourtant c'est une communauté réduite avec des règles et des contraintes mais leurs voiles restent ouvertes aux quatre vents par amour ...
Je conclurai en disant : « arrête ton char et mets les voiles ! Là-bas sur la face cachée de la lune, chez les pieds nickelés de la liberté oubliée car la France n'est plus qu'une terre d'asile psychiatrique ! ».

Dès que le vent soufflera
Je repartira
Dès que les vents tourneront
Nous nous en allerons

C’est pas la femme qui prend le voile
C’est le voile qui prend la femme, pauvre pèlerin
Moi jeune femme il m’a prise
Je m’ souviens un Mardi
J’ai troqué mes robes
Et mes caracos un peu « Hot »
Contre une paire de voile « has been »
Et un vieux drap beige
J’ai retrouvé les chars
Qui m’ disaient "Sois prudente"
Le voile c’est dégueulasse
Le mauvais vent te viole dedans

Dès que le vent soufflera
Je repartira
Dès que les vents tourneront
Nous nous en allerons

C’est pas la femme qui prend le voile
C’est le voile qui prend la femme
Moi jeune femme il m’a prise
Au dépourvu tans pis
J’ai eu si mal au cœur
Sous le voile sale et gonflé
Qu’ j’ai vomi mon âme
Et mon amour propre aussi
J’ me suis cognée des tonnes de versets
J’ai dormi dans ses voiles souillés
Ça m’a dégoûté à vie
C’est d’ l'intolérance, c’est le bouquet

D'après une chanson de Renaud

... Et c'est la foire aux questions afin de mettre en lumière la pratique du char à voile.
Quelle est la marche à suivre pour découvrir le char à voile à défaut si on loupe la marche allons-nous quand même au paradis !
Quelle est la marche à suivre pour découvrir le char à voile sans passer par la case départ ?
Où peut-on louer un char à voile propre et sans mucus ?
Comment fonctionne un char à voile où comment doit-on se l'enfiler ?
Pourquoi diriger le char avec les pieds et non pas avec sa tête ?
Quelle vitesse peut atteindre un char à voile en marche arrière ?
Quel est l'équipement nécessaire pour faire du char à voile si nous n'avons pas d'argent faut-il se prostituer les méninges ?
Où pouvons-nous pratiquer le char à voile en dehors de la plage arrière de ma voiture ?
Est-ce que le char à voile peut se pratiquer avec une dérogation sur les plages privées de naturistes ?
Quelle est la réglementation si l'on ne porte pas la barbe ?
Faut-il une assurance en cas de coupure du poil à bois ?
A quel moment peut-on pratiquer le char à voile hormis après minuit avec les chauves-souris ?
Existe-t-il une fédération sectaire de char à voile ?
et pour conclure comment fabriquer un char à voile ?

... Monsieur R... N... de l'association Touche pas à ma constitution...
Je vous salue et vous dis : 
Touche pas à ma civilisation
A la laïcité
A nos femmes émancipées ... A tout ce que nous avons construit pendant des siècles 
Ici en France tout Homme confondu
Et surtout à la lumière !

30 mars 2011

Laïcité

Dans cette tribune rédigée "sans aucun esprit polémique ou partisan", catholiques (Mgr André Vingt-Trois), protestants (pasteur Claude Baty), orthodoxes (Métropolite Emmanuel), musulmans (président du CFCM, Mohammed Moussaoui), juifs (Grand Rabbin Gilles Bernheim), et bouddhistes (révérend Olivier Wang-Genh) soulignent que "la laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble". Article AFP du 30-03-2011.

Mon anecdote sur le sujet ... J'ai croisé une femme à l'hôpital aux urgences qui souffrait mais son mari ne voulait pas qu'elle se fasse soigner par un homme (seul médecin de garde, j'étais avec mon fils aîné, il ne comprenait pas et était paniqué devant cette situation invraisemblable. Je ne rentrerai pas dans les détails) !
Je pense que les services publiques doivent être la clé de voûte de la laïcité.
Si l'on commence par créer des cases (Et cela a déjà débuté avec l'accès homme et femme à une piscine municipale) l'identité de la France dont la laïcité est l'essence principal de son moteur va caler !
La France est une terre d'asile mais pour qu'elle reste une terre d'asile, il y a des fondamentaux à respecter dont les services et les espaces publiques... Le fait d'être laïque n'est pas une histoire de gauche ou de droite mais de démocratie de liberté et de respect envers la collectivité dans laquelle nous sommes tous inscrit.
Libre à ceux qui ne veulent pas se faire soigner ou autre pour des raisons religieuses par exemple (Je comprends et je ne le juge pas) je leur propose d'aller se faire soigner dans un lieu adéquate privé. Mes enfants pour des raisons non pas religieuses mais autres sont dans une école privé et je l'assume.
Je ne sais pas ce que cette pauvre femme est devenue... Avait-elle le choix ! C'est sans doute un autre combat ...

10 mars 2011

22 mars journée mondiale de l'eau !


Après le 8 mars la journée de la femme ... Que j'aime etcetera
Après le 21 mars journée mondiale de l'arbre ... Que je respire etcetera
Le 22 mars c'est la journée de l'eau ... Que je bois etcetera
L’objectif de la Journée Mondiale de l’Eau 2011 est de braquer l’attention internationale sur les impacts de cette croissance urbaine rapide, de l’industrialisation et des incertitudes liées au changement climatique, aux conflits et aux catastrophes naturelles, sur les réseaux d’eau urbains.
Pour info
http://www.unesco.org/water/water_celebrations/index_fr.shtml
Les textes à lire
La femme l'eau et l'arbre...
http://jamesetmots.blogspot.com/2010/03/songe-pour-un-monde-meilleur.html
La femme...
http://jamesetmots.blogspot.com/2010/02/la-jeune-aux-cinq-continents.html
L'eau...
http://jamesetmots.blogspot.com/2011/02/toi-poete-sauve-notre-mere-nouriciere.html
L'arbre...
http://jamesetmots.blogspot.com/2010/03/la-foret.html



25 févr. 2011

A propos des blogueurs


77% des internautes lisent au moins un blog ;
Il y a actuellement plus de 133 millions de blogs recensés par Technorati.
60% des blogueurs ont entre 18 et 44 ans ;
Un blogueur sur cinq met son blog à jour quotidiennement ;
Les deux tiers des blogueurs sont des hommes ;
14% des blogs sont gérés par des entreprises ;
15% des blogueurs passent plus de 10 heures par semaine à bloguer ;
Plus de la moitié des blogueurs sont mariés, ou ont des enfants ;
Plus de la moitié des blogueurs ont plusieurs blogs ;
Les blogueurs utilisent en moyenne 5 sites sociaux pour faire partager leurs.

Statistiques depuis the State of the Blogosphere 2009, par Technorati

3 févr. 2011

« Ecrire, c'est très dur, avec de grandes fenêtres de joie »


«Si la poésie n'a pas bouleversé notre vie, c'est qu'elle ne nous est rien. Apaisante ou traumatisante, elle doit marquer de son signe ; autrement, nous n'en avons connu que l'imposture.»
Andrée Chedid.

28 janv. 2011

L'avis de Nicolas Gutierrez «Impossible n'est pas Français».

"Je suis chilien, et j'habite en France un pays que j'aime pour sa culture, pour son importance dans le monde qui est tout simplement indéniable, mais aussi pour tout ce que je reçois de ce pays tous les jours; en laissant de coté tout complexe d'infériorité d'ancien pays colonisé il y a 200 ou 500 ans. "Impossible n'est pas français" reflète tout ce que la France a pu faire et que pour d'autres peuples fut impossible. La France est la patrie de Droits de l'homme et le berceau de la démocratie en Europe. Si vous ne croyez pas a ce proverbe lisez sans préjugés l'histoire de France ou bien un peu ses auteurs. C'est marrant de voir de gens pas français, qui parlant français dénient l'importance culturelle de la France, et bien pourquoi parlez vous français alors que vous ne vous identifiez pas du tout avec sa culture? Réponse "impossible n'est pas français", "il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté dans le monde (Charles de Gaule)". pensez à cela et à tout ce que la France vous a donné avant de cracher sur ce pays avec des disqualifications très peu fondées." (24 août 2009)

26 janv. 2011

Etes-vous nostalgique ?

J'ai relevé ces notes sur le sujet.
Alors pourquoi la France aujourd'hui est-elle aussi nostalgique et cette nostalgie est-elle un état d'esprit propre à notre pays ?
"Au fond de lui, chaque Français pense qu'il a une mission à accomplir, héritée du christianisme : être le fer de lance de la vérité. Longtemps la France a incarné cet idéal de beauté et de vérité. Ce n'est plus le cas. Nous avons perdu notre prépotence sur le plan culturel, notre langue décline. Nous nous sentons orphelins d'un âge d'or, en quelque sorte. Notre hantise : nous banaliser."
Peuple cyclothymique, les Français ont toujours oscillé entre désenchantement et illusions. Ne retrouvons pas cette dualité dans leurs lectures du moment :
"Deux des écrivains les plus lus actuellement incarnent les deux facettes de notre personnalité. D'un côté Michel Houellebecq, le naturalisme et le déprimisme réunis; de l'autre, Jean d'Ormesson, l'optimisme et la légèreté."
Entre la pluie et le soleil, la météo nationale demeure encore incertaine.

24 janv. 2011

Peut-on célébrer Céline ?

Peut-on célébrer Céline ? Et peut-on dissocier un homme de son art ?
Je vais dire oui-oui et j'ai suivi cet avis qu'une œuvre qui a depuis longtemps trouvé sa place dans la prestigieuse collection de la Pléiade, applaudie dans les spectacles de Fabrice Luchini. Célébrer Céline, ce n'est pas approuver son antisémitisme ni même fermer les yeux sur l'abjection de certains de ses écrits. Goûter à la langue de Céline ne fait pas de vous un antisémite. Gare à la caricature, à l'amalgame et aux raccourcis moralisateurs.

On ne peut pas plaire à tout le monde...

L’homme ne vit pas seul, mais en société, et cet état l’expose inévitablement à l’opinion des autres. Qu’en dira-t-on ? c’est la question qui se pose lorsque nous avons une décision à prendre ; et comme on sait les réponses ne tardent pas. Faut-il accorder de l’importance à ces avis ?
Peut-être connaissez-vous l’histoire de ce meunier qui allait à la foire en compagnie de son fils pour y vendre un âne. Pour ne pas fatiguer la bête, ils décidèrent de la porter eux-mêmes ; le premier qui les vit se moqua. Le fils monte alors sur l’âne, et des passants blâment ce manque de respect pour son aîné. Le meunier prend sa place, ce qui lui vaut les railleries de jeunes filles, plus favorables à la jeunesse. Enfin, tous à pied, un passant juge ridicule d’user ses souliers en laissant aller le baudet à son aise.
Chacun trouve ainsi à redire, et a ses raisons ; chacun y va de son mot, selon qu’il considère l’âne, ou le meunier, ou son fils. Or, quelque décision que nous prenions, il faut s’attendre à susciter ainsi des avis opposés, et à faire des mécontents.
Comment donc contenter tout le monde, si chacun donne son avis sur tout et choisit de voir les choses sous le jour qu’il préfère ? Quoi que vous fassiez, les gens en parleront, dit La Fontaine, n’en doutez nullement. Commençons donc par nous contenter nous-mêmes.
Article recueilli dans le Monde 2007.

10 janv. 2011

Si vous êtes comme elle !

 
Catherine Sanderson, une secrétaire anglaise vivant à Paris, avait pris l'habitude d'alimenter son blog durant ses heures de travail, commentant indirectement ce qui se passait dans son entreprise. Ses supérieurs n'ont pas apprécié d'être évoqués ainsi sur le net et ont immédiatement renvoyé la jeune femme. Celle-ci a porté plainte pour licenciement abusif et a gagné son procès. Elle est depuis devenue romancière pour les éditions britanniques Penguin.

7 janv. 2011

La poésie n'est pas morte puisqu'elle marche !

Au commencement, la poésie et la musique se confondaient. Aujourd'hui elle est considérée comme inutile alors que la musique est triomphale ! Elle n'a pas la télévision, c'est tout et heureusement. Pourtant chacun de nous garde en mémoire quelque vers de Charles Baudelaire ou de Jacques Prévert, de Jean de la Fontaine et de Paul Verlaine, de Victor Hugo ou d'Arthur Rimbaud, de Charles Péguy ou de Paul Valéry, de Jean Racine ou d'Alphonse de Lamartine, de Louis Aragon ou d'André Breton ...

"Là, tout n'est qu'ordre et beauté, 
Luxe, calme et volupté." 
ou 
Maître Corbeau, sur un arbre perché, 
Tenait en son bec un fromage. 
ou 
Les sanglots longs 
Des violons 
De l'automne 
Blessent mon coeur D'une langueur 
Monotone. 

La poésie c'est autre chose qu'une simple forme littéraire, c'est une traduction ennoblie de nos émotions, de nos rêves, de nos peines et de nos désires. Tout le monde du lyrisme est là, elle nous transcende, nous fait agir, penser et croire. Cependant la poésie est indispensable à la pensée humaine dont elle est l'une des formes d'expression les plus anciennes et spontanées. La passion des poèmes entre autre redonne la place à cet art de la culture humaine dont le rôle qui est celui de la formation de notre sensibilité et de nos goûts.

A travers la poésie tout est possible, l'homme vole, meurt et renait, oublie son quotidien rose ou noir, Elle réinvente le genre humain dans un habit de lumière. Mais comme dans la peinture, on y découvre d'humbles vérités journalières, dieu, l'amour, la mort, la peur, l'horreur, la misère, l'érotisme, la douleur, la tendresse et aussi une fleur, un ballon, un chat, une colline, un arbre, une larme...Tout est matière à poésie. On a trop longtemps oublié ou tout du moins de le croire, que la poésie était loin de nous; Alors qu'elle nous ravive des réminiscences endormies, elle nous embarque sur l'harmonie des rimes et de la raison, des mots et des sensations.

La poésie n'est pas morte puisqu'elle marche !